Le Blog

De la lithographie au tirage pigmentaire

Chaque époque à sa modernité

Année 1796,

La lithographie fut découverte en 1796 Gravure sur pierre, elle permet la création et la reproduction en multiples exemplaires d’un dessin à l’encre ou au crayon fait directement sur une pierre réutilisable à l’infini après repolissage et traitement. Le principe, c’est celui de la moderne offset, l’antagonisme entre l’eau et l’encre grasse

Années 1980

L’apparition des techniques de numérisation et la vulgarisation des logiciels de création graphiques permettent de créer un fichier numérique original et des reproductions d’un niveau qualitatif compatible avec les technologies des années 90.

L’estampe numérique et son synonyme angliciste et grand public le poster sont nés.

Les technologies de photos numériques sont encore balbutiantes, les scanners à plat ne font de la haute résolution que par interpolation, les scanners rotatifs hautes résolutions sont hors de prix et incompatibles avec la numérisation de tableaux. La perte d’informations lors de la prise de vue photographique, même exécutée dans les règles de l’art par un professionnel, la restitution d’une estampe avec les imprimantes et les papiers à disposition dans les années 90 rendent le résultat insatisfaisant.

Années 2000

Le développement des logiciels d’étalonnage colorimétrique, l’évolution des technologies des scanners et des imprimantes, la normalisation inter constructeurs des profils colorimétriques permettent une restitution fidèle d’une œuvre originale. La reproduction pigmentaire est née.

Elle fait l’objet de certifications constructeurs par exemple la Digigraphie selon Epson, ou composite de plusieurs technologies, les meilleurs reconnues par les professionnels de l’édition les certifications type TIPEA où un artiste doublé d’un technicien maîtrisant les technologies d’aujourd’hui s’engage et fait valider le résultat par le créateur de l’œuvre reproduite.

Ne sommes nous pas dans l’esprit de l’artiste-artisan qui de sa pierre à sa presse reproduisait l’œuvre d’un artiste et lui permettait de démultiplier sa visibilité.

Nous ne faisons que marcher dans les pas de Maeght, éditeur qui avant d’être collectionneur et galiériste publie en exclusivité des gravures et des lithographies d’artistes contemporains. Quelques dizaines d’exemplaires numérotés et signés par l’artiste. « Toutes les techniques d’impression, de la plus traditionnelle à la plus moderne ou avant-gardiste, sont mises à la disposition des artistes dans les ateliers de l'imprimerie ARTE-Adrien Maeght à Paris. » (Source Wikipédia)

Billets récents