Le Blog

Interview: Jean louis Vasseur, peintre de marines

Après Chappier et Fogiel moi aussi je me mets à l'interview. Point de canapé Jaune ou rouge juste une chaise, un café et des questions pour mieux connaître un artiste. Aujourd'hui Jean-Louis Vasseur

JPZ : Jean-Louis, Peux tu me décrire qu’elle est ta démarche artistique ?

JLV : Pour mieux te faire comprendre ce que je fais, je vais, d’abord, essayer de dire ce que je suis. Pour cela je balance entre deux métaphores. La première :

« Suis je un papillon qui rêve qu’il est homme ? Ou un homme qu’il est papillon ? » C’est un philosophe chinois, Zhuangzi, qui énonça le premier ce fantasme, il fut bien sur repris par Freud et Lacan qui délirèrent pas mal et sur ce sujet en particulier.

Une carrière de technicien, scientifique et cartésien où l’analyse amène à des solutions factuelles. L’homme. Le plaisir de jouer avec les couleurs pour décrire un monde extraordinaire, au sens littéral, la mer, une passion. Le papillon.

Pendant le temps de sa carrière le technicien rêvait qu’il était peintre. Le technicien s’est endormi et le peintre que je deviens rêve qu’il a été technicien ….. de moins en moins souvent.

JPZ : Je comprends maintenant d’où te viennent la précision de tes constructions, la richesse des détails. Le caractère onirique de tes ciels. Et la deuxième métaphore ?

JLV : C’est « La mue du crabe ». Après avoir vécu dans le confort du réseau social de son environnement professionnel, beaucoup de temps passé, des obligations et des exigences, des collègues et des amis, quelques animosités aussi bien sur. Brusquement le costume se déchire, la carapace tombe. Seul avec son ego égratigné. Fragile.

Période de fragilité, ou le corps et l’esprit peuvent prendre toute leur place, cette période de la mue me permit de faire de mon rêve une réalité et de la peinture une activité. Créer, faire évaluer son travail par un œil professionnel, communiquer, constituer son réseau de relations et de nouvelles amitiés. Chercher une galerie, organiser une exposition. Un travail à temps plein.

JPZ : Mais tu n’as pas perdu toute ton ancienne peau !

JLV : Non, j’ai consolidé l’expertise acquise pendant ma première vie par une formation de « community manager » animateur de réseaux sociaux et conseil en communication. Je peux ainsi faire la promotion de ma marque et conseiller ceux qui me solliciteraient.

JPZ : Oui mais ton travail de création dans tout ça ?

JLV : Je produis, j’expérimente, tu en vois régulièrement le résultat. C’est à toi de m’en faire la critique.

Billets récents